Haarausfall

Le follicule pileux : Définition et fonction

Medical Director Dr. Hans-Georg Dauer

avril 28, 2022

Nos cheveux ont de multiples talents. Par temps chaud, ils nous protègent de la chaleur, par temps froid, ils nous tiennent au chaud. Et en plus, ils repoussent les corps étrangers. Même sur le plan mental, ce couvre-chef naturel vaut son pesant d'or. En effet, qu'est-ce qui nous donnerait plus de confiance en nous et de joie de vivre qu'une chevelure forte, saine et brillante ?

Il est donc dommage que nous en sachions si peu sur ces cheveux souples et doux qui recouvrent notre tête. Il est grand temps d'y remédier. Examinons de plus près les follicules pileux avec toutes leurs forces et leurs faiblesses. Allez, c'est parti !

Qu'est-ce qu'un follicule pileux ?

Au début, le terme de follicule pileux nous laisse souvent sceptiques : qu'est-ce que c'est, ces follicules ? Jamais entendu parler.

Le mieux est de commencer par le début. Le terme follicule vient du latin et dérive de folliculus. Traduit, cela signifie quelque chose comme "vésicules". Et cette expression est tout à fait logique. En effet, au microscope, nos cheveux ressemblent à des structures creuses en forme de vésicules ou à des conglomérats de cellules.

Cette structure creuse en forme de vésicule sur notre tête répond à de nombreux noms différents. Il y a bien sûr le follicule. Mais les experts parlent aussi parfois de follicule pileux ou de folliculus pili. En anglais, ces petits auxiliaires mous sont appelés hair follicle.

Mais où trouve-t-on exactement ces follicules, folliculus pili ou hair follicle ? C'est très simple, il s'agit de structures cutanées dans le derme. Plus précisément, ces structures en forme de vésicules se trouvent toujours autour des racines des cheveux. Et ce pour une bonne raison : les follicules doivent entourer fermement les racines dans le derme. C'est en effet la seule façon d'ancrer le cheveu à la peau. Sinon, le cheveu ne reste pas là où il doit être.

Savais-tu que les follicules pileux débouchent sur nos glandes sébacées ? Exactement, car ce n'est que grâce à cette connexion que la glande peut libérer son sébum à la surface de la peau sans être gênée. Si elle n'y parvenait pas, elle se boucherait.

La structure d'un follicule pileux est toujours la même : chaque follicule pileux est composé d'une gaine extérieure et d'une gaine intérieure qui assurent une fixation solide dans le derme.

C'est bon à savoir : Les follicules sont particulièrement nombreux sur notre cuir chevelu. Ce n'est pas étonnant, car c'est là que se trouvent les racines des cheveux. Et là où il y a des racines, les follicules ne sont pas loin, c'est bien connu. Il est difficile d'imaginer que 100.000 à 150.000 cheveux s'accumulent sur notre tête. A l'œil nu, nous ne pourrions jamais soupçonner une telle quantité de cheveux, n'est-ce pas ?

Quelle est la structure des follicules pileux ?

Un follicule pileux se compose toujours de deux couches : la gaine épithéliale externe de la racine du cheveu et la gaine épithéliale interne de la racine du cheveu. Ces deux couches entourent fermement le follicule pileux humain et garantissent une assise solide dans le derme.

Par couche épithéliale externe, nous entendons une invagination en forme d'entonnoir de la couche de base de notre peau, dans ce que l'on appelle le stratum basale. Elle forme en quelque sorte une fine enveloppe pour la racine des cheveux.

Et puis, il y a la gaine épithéliale interne de la racine des cheveux. Celle-ci entoure directement la racine du cheveu. Elle est composée de trois couches différentes :

  • couche interne (cuticule)
  • couche médiane (couche de Huxley)
  • couche externe (couche de Henle)

Des glandes, appelées glandes sébacées, sont directement reliées au follicule pileux. Comme leur nom l'indique, elles produisent du sébum avec ardeur. Et ce pour une bonne raison : savais-tu que le sébum est un merveilleux bouclier naturel ? Il protège notre peau de manière fiable contre les agents pathogènes et les substances nocives.

Juste en dessous des glandes sébacées, dans le follicule pileux, se trouvent ce que l'on appelle les muscles arrecteurs du poil. Il s'agit de minuscules muscles du follicule pileux qui permettent à nos cheveux de se dresser. Ils sont donc responsables de la fameuse chair de poule.

S'y ajoutent de fines fibres nerveuses qui se terminent dans le follicule pileux. Elles contrôlent les muscles du follicule pileux innervés par le système sympathique et profitent au sens du toucher.

Bulbe capillaire

Nous-mêmes ne voyons que la partie extérieure de nos cheveux. Mais ce n'est pas tout. Les cheveux continuent juste sous la peau. Mais nous ne pouvons pas le voir à l'œil nu.

Cette partie cachée sous la peau s'appelle la racine du cheveu ou radix pili. Elle est entièrement entourée d'épithélium, la couche supérieure de la peau et des muqueuses humaines. Au bout de cette section particulière, elle s'épaissit pour former le bulbe pileux ou bulbe capillaire.

La section en forme de bulbe du cheveu entoure à son tour ce que l'on appelle la papille capillaire. Il s'agit du centre de navigation physiologique du cycle capillaire. En d'autres termes, pendant la phase anagène (phase de croissance), elle fournit aux cheveux les précieux nutriments et l'oxygène. En même temps, elle stimule la croissance naturelle des cheveux par une division cellulaire constante. Pendant la télophase (phase de repos), ces processus s'arrêtent. L'approvisionnement en nutriments et en oxygène s'arrête - tout comme la division cellulaire. Conséquence naturelle : les cheveux s'atrophient et tombent.

C'est également dans le bulbe pileux que se déroule la mélanogénèse par les mélanocytes. Et c'est précisément ce processus biochimique qui est responsable de la couleur des cheveux.

La médulla

Une autre pièce maîtresse du cheveu est la médulla, la moelle capillaire. Elle se trouve directement à l'intérieur du cheveu. C'est là qu'elle lui donne sa stabilité et sa résistance.

Autour de la médulla pousse la couche de fibres, mieux connue sous le nom de cortex. Elle entoure fermement la moelle capillaire et protège les pigments qui déterminent la couleur de nos cheveux.

Vient ensuite la couche extérieure d'écailles solides, la cuticule. Elle est vraiment polyvalente : elle protège efficacement les cheveux du dessèchement, leur donne de la tenue et les rend soyeux - grâce aux nombreux lipides.

Quelles sont les tâches accomplies par le follicule pileux ?

Que ce soit sur le cuir chevelu, dans la barbe ou sur nos jambes, les follicules pileux ont les mêmes fonctions partout dans le corps.

Première tâche : le follicule pileux sépare soigneusement le tissu conjonctif environnant de l'usine à cheveux. La raison : l'usine à cheveux ne doit pas être dérangée dans son travail quotidien. En effet, elle est responsable de la formation de nouvelles cellules - une tâche importante.

Pendant la phase anagène, c'est-à-dire la phase de croissance des cheveux, l'usine à cheveux produit assidûment de nouvelles cellules. Pas à pas, les cellules fraîchement formées s'assemblent pour former la tige du cheveu. Ensuite, elles poussent la papille du bulbe pileux vers le haut, au-dessus de la racine du cheveu, jusqu'à ce que la tige du cheveu sorte progressivement par l'orifice en forme d'entonnoir situé dans la couche basale de notre peau.

Une information passionnante : les follicules pileux se forment dès la sixième semaine de grossesse, ce qui est plutôt précoce, non ?

Exercice numéro deux : nos follicules pileux nous donnent la chair de poule quand nous avons froid, peur, dégoût ou excitation. Comment ? C'est très simple : le follicule pileux est relié à un muscle bien précis - le muscle arrectores pilorum. Dès que celui-ci est activé, il dresse les poils pour nous.

Troisième tâche : nos follicules pileux sont importants pour le sens du toucher. Enfin, le follicule pileux est relié à d'innombrables fibres nerveuses fines qui nous permettent de vivre activement notre environnement.

Quatrième tâche : chaque follicule pileux est traversé par une glande sébacée. Sa fonction : juste avant que la tige capillaire nouvellement formée ne sorte de la peau, elle la lubrifie fortement. Il est ainsi parfaitement protégé de la chaleur, du froid, des substances chimiques et des polluants à l'extérieur du corps.

Mission numéro cinq : Nos follicules pileux participent à la croissance des cheveux. Ils ouvrent la voie aux vaisseaux sanguins qui acheminent les précieux nutriments et l'oxygène vers la papille. En effet, ce n'est qu'avec suffisamment de nutriments et d'oxygène que nos cheveux peuvent pousser, qu'il s'agisse de nos cheveux, de notre barbe ou de nos poils de bras.

Exercice numéro six : un métabolisme actif dans les follicules pileux est également décisif pour la couleur de nos cheveux. En effet, il a été prouvé que notre follicule pileux participe également à la production de mélanine de notre corps. Et plus nous produisons de mélanine, plus notre couleur de cheveux est forte et vitale.

Chute de cheveux - quelles en sont les causes ?

Oh non, encore une touffe de cheveux sur l'oreiller.

La perte de cheveux est un choc. C'est à contrecœur que nous disons au revoir à la chevelure vigoureuse de notre tête. Mais ne vous inquiétez pas : jusqu'à un certain point, la perte de cheveux est tout à fait normale. Nous en perdons entre 20 et 100 par jour.

Ce n'est que lorsque nous dépassons la centaine que la situation devient préoccupante. Il y a manifestement quelque chose de plus grave derrière la perte de cheveux, que les dermatologues aiment appeler effluvium. Mais qu'est-ce qui se cache derrière ? Quelles sont les causes possibles de l'alopécie ?

Alopécie androgénétique

Souvent, l'alopécie est déjà prédestinée. Elle est inscrite dans nos gènes. Dans ce cas, on parle de perte de cheveux héréditaire ou d'alopécie androgénétique.

Environ 80 pour cent des hommes et 40 pour cent des femmes souffrent de cette imperfection visuelle. Beaucoup supportent bien ce changement. D'autres risquent d'en être désespérés. Les femmes, en particulier, ont souvent du mal à s'accommoder de la calvitie, des zones clairsemées et d'un front particulièrement haut.

La raison de la perte de cheveux est une hypersensibilité génétique des racines des cheveux. Elles ne supportent pas la DHT (dihydrotestostérone). Si elles entrent en contact avec l'hormone sexuelle masculine, dite hormone de chute des cheveux, elles passent plus rapidement de la phase de croissance à la phase de repos. Et plus vite la phase de repos commence, plus vite les cheveux tombent.

Le saviez-vous ? Chez les hommes, l'alopécie androgénétique se traduit généralement par la formation d'une couronne sur le dessus de la tête. À l'arrière de la tête, les cheveux sont conservés. Ils sont en effet immunisés contre la DHT.

Alopécie Areata

Une forme plus rare de perte de cheveux s'appelle l'alopécie aréata. Sa marque de fabrique : Des zones chauves circulaires, de la taille d'une pièce de monnaie, se forment sur le cuir chevelu. Il n'y a pas de modèle particulier. Les zones clairsemées se répartissent de manière aléatoire sur toute la tête.

La cause exacte de la perte de cheveux n'a pas encore été clairement établie. Les experts supposent toutefois qu'une réaction auto-immune du corps est à l'origine de cette affection rare. Le système immunitaire se retourne contre lui-même et détruit les cellules capillaires saines. Conséquence : la densité naturelle des cheveux diminue. Le moment où les nouveaux cheveux repoussent varie d'un patient à l'autre. Chez les uns, cela prend quelques semaines, chez les autres plusieurs mois, voire plusieurs années.

Elle touche aussi bien les hommes que les femmes. Au total, environ un à deux pour cent de la population souffrent d'alopécie areata.

Chute de cheveux diffuse

La perte de cheveux ne doit pas toujours suivre un schéma précis, comme dans le cas de l'alopécie androgénétique ou de l'alopécie areata. Elle peut aussi être totalement aléatoire. Dans ce cas, l'expert parle de perte de cheveux diffuse.

La perte de cheveux diffuse a les causes les plus diverses. Des médicaments à la carence en fer en passant par les fluctuations hormonales, tout est imaginable. Le stress chronique, les blessures et les infections du cuir chevelu peuvent également en être la cause.

La plupart du temps, la perte de cheveux diffuse se traite bien. Dès que la cause exacte du mal est identifiée, nous pouvons sans peine prendre des contre-mesures.

En cas de stress, nous nous prescrivons de la relaxation. Le yoga, la méditation ou de longues promenades dans la nature nous permettent de calmer notre esprit agité. En cas de fluctuations hormonales, le dermatologue ou le gynécologue prescrit souvent des hormones afin de compenser le déséquilibre hormonal dans le corps. Si la chute des cheveux est l'effet secondaire d'un médicament, il vaut souvent la peine de changer de médicament.

Que sont les cheveux et comment se forment-ils ?

Qu'est-ce que c'est que ces cheveux que nous portons sur la tête, les jambes ou les bras ?

C'est très simple : par poils, nous entendons de longs filaments de corne, c'est-à-dire des filaments de cellules cornées mortes, qui proviennent de la peau de tous les mammifères - donc aussi de nous, les humains.

Tout notre corps est couvert de poils, à l'exception de la plante des pieds et de la paume des mains. Nos muqueuses et nos lèvres constituent une autre exception. Elles aussi restent toujours sans poils. Les poils sont principalement composés de kératine, une protéine fibreuse insoluble dans l'eau.

Les vaisseaux sanguins et les nerfs ne sont pas présents dans les cheveux. Il s'agit uniquement d'appendices cutanés.

Les cheveux remplissent une fonction importante. Qu'il s'agisse des cheveux ou des poils, ils protègent notre peau, la tiennent au chaud et régulent la chaleur.

Les différents types de cheveux

  • Poils de lanugo ou poils laineux : ce duvet délicat recouvre le corps du fœtus.
  • Poils de Vellus : ces poils délicats et courts se répartissent sur tout le corps - sur les bras et les jambes, jusqu'aux mains et au visage. Contrairement aux poils terminaux, ils n'ont ni pigments ni moelle.
  • Poils terminaux : les poils de la tête, de la barbe et du corps sont appelés poils terminaux. On y trouve à la fois le marché des cheveux et des pigments. Ce n'est pas sans raison que les poils sont colorés. La grande différence avec les cheveux vellus : les cheveux terminaux peuvent pousser longtemps. Pour les cheveux de tête, il s'agit même de trois à six ans de croissance. A cela s'ajoute leur sensibilité hormonale. En cas de prédisposition génétique, ils peuvent être hypersensibles aux androgènes et même tomber.

Quelle est la structure d'un cheveu ?

Chaque cheveu est composé de deux éléments centraux : une tige capillaire et une racine. La partie visible du cheveu est la tige. Elle dépasse de la surface de la peau.

La racine est la partie invisible. Elle est cachée sous la peau et s'étend jusqu'au tissu sous-cutané. Autour de la racine du poil se trouvent la peau, le tissu conjonctif ainsi que le follicule pileux (follicule capillaire) dans lequel débouche une glande sébacée.

La cuticule assure la protection nécessaire du cheveu. La couche extérieure des écailles assure la stabilité, maintient la forme du cheveu et le protège des influences néfastes telles que la chaleur et le froid.

Les trois phases de croissance du cheveu

  • Phase de croissance ( phase anagène) : De nouveaux cheveux sont formés dans le follicule du cuir chevelu.
  • Phase de transition (phase catagène) : Un bouleversement a lieu. La division cellulaire s'arrête, l'approvisionnement en nutriments s'interrompt.
  • Phase de repos (télophase) : Les cheveux se calcifient et tombent.
Cta image

Ton intérêt est éveillé ?

Alors n'hésite pas à demander conseil à HAIR & SKIN et réserve dès maintenant ton rendez-vous de consultation gratuit.

Prendez Rendez-Vous