🎅 Rabais d’avant Noël jusqu’au 30 novembre 2022. Réserve ta consultation gratuite. 🎅

Traitement Régénérant

Chute de cheveux due à une carence en fer : symptômes, causes, traitement

Medical Director Dr. Hans-Georg Dauer

mai 20, 2022

Que ce soit sur les médias sociaux, dans les derniers blockbusters ou dans les magazines sur papier glacé, nous sommes sans cesse confrontés à un idéal de beauté ancestral - avec des cheveux forts et soyeux. Mais la réalité est souvent différente. Il n'est pas rare que notre chevelure paraisse mince et sans vie. A quoi cela peut-il être dû ?

Commençons par la bonne nouvelle : cette imperfection cosmétique n'est pas toujours due à une alopécie androgénétique, à une réaction auto-immune rare ou à un déséquilibre hormonal. Souvent, le coupable est tout simplement une carence en nutriments. Une carence en fer, en particulier, peut perturber notre cuir chevelu.

Mais que se passe-t-il en cas de carence en fer, quel est son effet exact sur notre chevelure et que pouvons-nous faire pour y remédier ? Examinons la question de plus près.

Comment se produit la chute des cheveux ?

Rien que le mot perte de cheveux nous fait mal aux oreilles. En effet, qui aime perdre une partie de sa vitalité ? Mais pas de panique : la chute des cheveux n'est pas toujours pathologique. Jusqu'à un certain point, elle est même tout à fait naturelle. En effet, aurais-tu pensé que nous devons dire adieu à jusqu'à 100 cheveux par jour ?

Ce n'est qu'à partir du moment où plus de 100 cheveux par jour s'échappent discrètement de notre chevelure que la situation devient critique. C'est alors au plus tard que nous parlons officiellement d'effluvium, le terme technique utilisé par les dermatologues pour désigner la perte de cheveux.

La recherche de la cause de l'effluvium n'est pas toujours facile. Souvent, elle dure une éternité. En effet, il n'existe pas de cause unique à la chute des cheveux. Au contraire, les déclencheurs les plus divers sont envisageables. Que diriez-vous d'un petit aperçu ? Voici un bref résumé des causes les plus fréquentes :

  • l'alopécie androgénétique : c'est la cause la plus fréquente de perte de cheveux. Environ 80 pour cent des hommes et 40 pour cent des femmes doivent faire face à ce diagnostic. La raison de cette perte de cheveux héréditaire est une hypersensibilité des racines et des follicules pileux à l'hormone dihydrotestostérone (DHT). Ils ne parviennent pas à gérer cette hormone dite de la chute des cheveux. À plus ou moins long terme, le contact entre la DHT et les racines des cheveux entraîne l'alopécie. Dès qu'elles entrent en contact, les racines sensibles des cheveux passent de la phase de croissance (phase anagène) à la phase de repos (télophase).
  • Alopecia areata : nous appelons volontiers cette forme rare de chute de cheveux "alopécie circulaire". Sa caractéristique : des zones chauves circulaires de la taille d'une pièce de monnaie se forment soudainement sur le cuir chevelu et sont très probablement dues à une réaction auto-immune de l'organisme.
  • Chute de cheveux diffuse : l'alopécie ne suit pas toujours une structure claire. Souvent, elle évolue de manière totalement aléatoire. Parfois, on perd une touffe ici, parfois là. L'ensemble de la chevelure perd ainsi de son volume et de sa vitalité. Les facteurs déclencheurs sont multiples. Du stress psychique aux fluctuations hormonales en passant par les infections ou les maladies du cuir chevelu, tout peut entrer en ligne de compte. Il est tout aussi fréquent qu'une carence en nutriments soit à l'origine de ce problème, notamment une carence en fer. Car sans fer, pas de croissance saine des cheveux.

Quelles sont les causes d'une carence en fer ?

Une carence en fer apparaît toujours lorsque les réserves de fer de l'organisme sont épuisées. C'est justement dans les situations physiques et psychiques exceptionnelles que nous épuisons extrêmement rapidement nos réserves de fer. Si nous ne parvenons pas à les compenser à temps, notre organisme se retrouve rapidement en situation de déséquilibre.

Grossesse et allaitement

Chaque grossesse est un défi pour notre corps. Tant le développement de l'enfant dans le ventre de sa mère que la production du placenta et l'alimentation du cordon ombilical exigent beaucoup de lui. Ce n'est pas sans raison que les besoins en fer sont six fois plus élevés pendant la grossesse. Il est donc compréhensible que cette phase extraordinaire de la vie soit considérée comme l'une des causes les plus fréquentes de carence en fer.

La raison : de nombreuses femmes enceintes ne réagissent pas assez vite ou assez fortement au besoin accru en fer. Leur régime alimentaire habituel ne leur permet pas d'étancher suffisamment leur soif de fer. Résultat : elles se sentent fatiguées, faibles et abattues.

Non seulement pendant la grossesse, mais aussi pendant l'allaitement, le corps a littéralement besoin de fer, surtout dans la phase initiale. C'est en effet à ce moment-là que le nouveau-né a le plus besoin des substances immunitaires contenues dans le lait maternel. Le risque d'une forte perte de fer est donc d'autant plus élevé dans les premières semaines suivant la naissance. Et plus notre corps perd de fer, plus la probabilité d'une anémie augmente.

Le saviez-vous ? L'anémie augmente le risque de dépression postnatale, plus connue sous le nom de baby blues.

Phase de croissance chez les adolescents

Qui ne connaît pas ce cliché ? L'adolescent grand et mince rentre à la maison après l'école, complètement épuisé. Étudier ? Plus tard, il a d'abord besoin d'une sieste. Tout cela n'est que paresse, n'est-ce pas ? Pas du tout, le corps est en train d'accomplir des prouesses.

Le corps en pleine croissance est en effet très exigeant. Il a besoin de deux fois plus de nutriments et de fer que le corps d'un adulte. Il a surtout besoin d'une bonne dose d'énergie pour alimenter le cerveau et les muscles en oxygène. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait besoin d'une petite pause après ce travail de longue haleine.

Sport de compétition

Chez les sportifs de haut niveau, le corps fonctionne à plein régime. Il n'est donc pas étonnant que le corps exige un apport plus important en fer. C'est surtout pour le travail musculaire intense et la production de sueur qu'il souhaite une portion supplémentaire de fer.

Les réserves de fer sont d'ailleurs particulièrement vides chez les sportifs de haut niveau qui ne jurent que par une alimentation pauvre en viande ou sans viande.

Les coureurs passionnés sont particulièrement touchés. Les secousses constantes de la course provoquent rapidement des microhémorragies dans le tractus gastro-intestinal. Cliniquement, elles ne sont pas inquiétantes, mais elles épuisent les réserves de fer.

Règles abondantes

Les règles abondantes sont l'une des causes les plus fréquentes de carence en fer chez les femmes. En effet, si la quantité de sang et donc de fer perdue pendant les règles est trop importante, la carence ne peut souvent pas être compensée assez rapidement par l'alimentation. Mais que signifie exactement "règles abondantes" ? Nous avons fait des recherches :

  • les tampons seuls ne permettent plus de contrôler les pertes de sang importantes
  • par période, la femme utilise plus de 12 serviettes hygiéniques
  • la serviette doit être changée plus de quatre fois par jour
  • des caillots de sang (coagulats sanguins) sont également éliminés
  • les règles durent plus de 7 jours
  • des saignements chroniques apparaissent

Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

De nombreuses maladies inflammatoires chroniques de l'intestin perturbent également l'absorption du fer. C'est notamment le cas de la maladie de Chron, de la colite ulcéreuse et des ulcères gastriques.

Certes, il n'y a ici que des microhémorragies. Mais à long terme, ces dernières peuvent également entraîner une perte significative de fer.

Opérations

Les opérations de la hanche, du genou ou de la cage thoracique, en particulier, risquent de provoquer une importante perte de sang. Et celle-ci n'est souvent pas sans conséquences. Il n'est pas rare que le patient souffre d'une anémie persistante après l'intervention, ce qui retarde sensiblement la phase de régénération. Cela a même été prouvé scientifiquement.

Dans le meilleur des cas, le risque d'anémie est déjà examiné en détail au préalable. En d'autres termes, avant l'autorisation d'opérer, le laboratoire contrôle le taux de ferritine du patient. Si l'examen révèle une carence en fer, celle-ci peut être traitée à temps. En effet, plus le taux de ferritine est élevé, plus le temps de récupération après l'opération est court.

Malnutrition

Une autre cause possible de carence en fer est la malnutrition. Les végétariens et les végétaliens, en particulier, consomment souvent trop peu de fer. En effet, la viande est considérée comme l'une de nos sources de fer les plus précieuses.

Il faut donc être d'autant plus prudent lors de l'élaboration du menu. Ces petits miracles de fer sont expressément souhaités :

  • Son de blé
  • Graines de courge
  • Légumineuses : haricots, pois, fèves de soja
  • Graines de sésame

Quelle quantité de fer dois-je consommer chaque jour ?

L'apport en fer fait l'objet de nombreux mythes. Les magazines spécialisés et les guides en ligne regorgent littéralement de conseils bien intentionnés - notamment sur la dose quotidienne de fer ? Quelle est la quantité de fer que l'on peut et doit consommer ?

  • Pour les adultes, les médecins recommandent une dose quotidienne de 10 à 15 mg de fer.
  • Pour les enfants, les médecins recommandent une dose quotidienne de 8 à 10 mg de fer.

Tout ce qui est en dessous des valeurs idéales est considéré comme trop peu de fer et favorise une carence en fer.

Carence en fer - Que faire ?

Bonne nouvelle : la carence en fer peut être traitée : La plupart du temps, la carence en fer peut être traitée facilement. La condition préalable à une thérapie efficace : la cause doit être connue. En effet, à quoi sert par exemple un changement d'alimentation si ce n'est pas le menu qui pose problème, mais une maladie chronique ? Ce n'est pas pour rien que les experts recommandent toujours une analyse de sang en cas de suspicion de carence en fer. Elle permet de déterminer de manière fiable les réserves de nutriments dans le corps humain.

Si la carence en fer peut être clairement attribuée à l'alimentation, il vaut la peine de revoir le menu. Les fournisseurs de fer tels que les haricots, les petits pois, la viande, le son de blé et les graines de courge ne doivent en aucun cas manquer.

Si une maladie inflammatoire chronique de l'intestin est responsable des symptômes de carence en fer, il vaut la peine d'avoir un entretien approfondi avec un spécialiste de la médecine interne.

Parfois, l'expert recommande également de prendre des préparations à base de fer - surtout après des situations exceptionnelles comme un accouchement ou une opération. Elles sont disponibles sous forme de comprimés, de gélules ou de gouttes.

Prévenir la chute des cheveux avec des comprimés de fer : est-ce bien raisonnable ?

Une rumeur persistante circule : les préparations à base de fer permettent de prévenir efficacement la perte de cheveux. Mais attention : les capsules de fer et autres ne sont pas le nec plus ultra pour tout le monde. En effet, la perte de cheveux est une affaire individuelle. Il n'est pas possible de généraliser. Parfois, l'alopécie est de nature génétique, parfois de nature hormonale. D'autres fois, il s'agit d'une forte réaction auto-immune du corps. Il ne vaut donc pas la peine de prendre des suppléments de fer au petit bonheur la chance. Il se peut que les réserves de fer soient bien remplies.

Notre conseil : pour toute forme d'alopécie, indépendamment de tes premiers soupçons, tu devrais toujours faire examiner la cause exacte par un médecin. Une analyse de sang te permettra d'en avoir le cœur net en un temps record : s'agit-il vraiment d'une carence en fer ou ma chute de cheveux est-elle due à une toute autre cause ?

Carence en fer et chute des cheveux : quel est le lien ?

La carence en fer et la chute des cheveux sont deux alliés proches. Souvent, elles se présentent en double. Tout d'abord, il y a bien sûr la carence en fer. Notre corps n'a pas assez de fer en réserve. Il se met alors en mode survie. Autrement dit, il stocke tous les restes de fer pour nos organes clés, par exemple les poumons et le cœur. Il peut ainsi continuer à les approvisionner en cas d'urgence.

D'autres organes, qui ne sont pas essentiels à la survie, restent malheureusement vides. Les ongles et les cheveux sont particulièrement touchés. Lorsqu'il s'agit de la lutte pour la survie, ils ne jouent qu'un rôle secondaire. En cas d'urgence, ils reçoivent d'autant moins d'oligo-éléments tels que le fer, le sélénium et le zinc.

Malheureusement, la carence en oligo-éléments n'est pas sans conséquences. À plus ou moins long terme, elle se manifeste naturellement dans les ongles et les cheveux. Les ongles deviennent fins, cassants et fragiles. Mais les ongles cassants ne sont pas le seul mal.

Nos cheveux aussi ont du mal à avaler la pilule. Sans fer, ils deviennent rapidement fins et sans force. Le pire des cas : la carence en fer intervient si fortement dans la croissance de nos cheveux que nous les perdons. Parfois, nous ne remarquons même pas cette perte de cheveux, mais d'autres fois, elle laisse des zones dégarnies disgracieuses dans notre chevelure.

D'ailleurs, nos follicules pileux, les structures qui entourent les racines des cheveux, ont un besoin particulièrement élevé en fer. Ils sont en effet de fervents diviseurs de cellules. En effet, ils font partie du type de cellules qui se divisent le plus dans le corps. Et comme la division cellulaire donne faim, ils ont besoin de beaucoup de vitamines, de nutriments et d'oligo-éléments, que ce soit de la vitamine C, de l'acide folique, du calcium ou du zinc.

Comment traiter la chute de cheveux due à une carence en fer ?

Heureusement, la carence en fer se traite bien, par exemple en changeant d'alimentation. Une simple analyse de sang permet déjà de connaître les taux de fer de l'organisme. Il est ainsi possible d'identifier rapidement et de manière fiable une éventuelle carence en fer - tout comme les causes potentielles de ces valeurs sanguines inquiétantes.

Thérapie PRP - un turbo de croissance naturel en cas de chute de cheveux due à une carence en fer

Il faut bien l'avouer : Il peut s'écouler plusieurs semaines ou mois avant qu'une carence en fer soit constatée et traitée avec succès. Le corps a finalement besoin de temps. Malheureusement, il ne retrouve pas son équilibre du jour au lendemain.

Pour certains, l'attente est facile, pour d'autres, elle est difficile. Ils se sentent mal à l'aise avec leur chevelure abîmée et souhaitent retrouver leur apparence d'antan le plus rapidement possible. La thérapie PRP, le traitement numéro un de l'anémie ferriprive, arrive alors à point nommé.

Il s'agit d'un traitement au sang autologue. L'acteur principal est ton sang. Le médecin traitant de HAIR & SKIN te prélève une petite quantité de sang et le prépare soigneusement. Et c'est précisément grâce à cette préparation minutieuse qu'il accède à ton plasma riche en plaquettes, le précieux plasma contenu dans ton sang.

Car savais-tu que ce plasma est un véritable turbo de croissance pour les racines des cheveux ? Dès qu'il est injecté dans le cuir chevelu, il émet un gaz. Il chatouille doucement les racines fatiguées et les stimule pour qu'elles poussent. Elles peuvent ainsi se rétablir d'autant plus rapidement après une chute de cheveux due à une carence en fer. En peu de temps, ils redeviennent comme avant.

C'est bon à savoir : Même après une greffe de cheveux, la thérapie PRP fait des miracles. Elle stimule de manière fiable la régénération du cuir chevelu, de sorte que les greffons fraîchement transplantés s'implantent plus rapidement.

Cela vous semble intéressant ? Alors informe-toi dès aujourd'hui sur les possibilités qui s'offrent à toi chez HAIR & SKIN, ton spécialiste suisse pour une chevelure incroyablement abondante.

Cta image

Ton intérêt est éveillé ?

Alors n'hésite pas à demander conseil à HAIR & SKIN et réserve dès maintenant ton rendez-vous de consultation gratuit.

CONSULTATION GRATUITE