menu_open
home Hair & Skin arrow
Blog
arrow
Cheveux
arrow
Tout sur la trichotillomanie

Tout sur la trichotillomanie

Miriam Otero

6 min

juin 17, 2023

La calvitie n'est pas seulement due à des causes physiologiques connues, telles qu'une prédisposition génétique, des modifications hormonales ou des maladies auto-immunes. Des troubles psychologiques et des troubles mentaux peuvent également entraîner la chute des cheveux : la trichotillomanie pousse les personnes concernées à s'arracher les cheveux ou à les arracher avec une pince à épiler. Certains considèrent ce comportement comme une mauvaise habitude, l'expression d'un ennui ou d'une tension intérieure passagère, mais le fait de s'arracher les cheveux peut entraîner à long terme des zones dégarnies prononcées et une grande souffrance pour les personnes concernées.

Qu'est-ce que la trichotillomanie ?

La trichotillomanie, également connue sous le nom de trouble de l'arrachage compulsif des cheveux (trichotillomania), est un trouble psychique qui se caractérise par un besoin répété et obsessionnel d'arracher ses propres cheveux, une addiction gestuelle. Ces comportements répétitifs centrés sur le corps peuvent entraîner une perte de cheveux prononcée, ce qui peut être très stressant et invalidant sur le plan émotionnel pour les personnes concernées. La trichotillomanie peut toucher le grand public, c'est-à-dire des personnes de tout âge et de tout sexe, mais elle est plus souvent diagnostiquée chez les femmes et commence typiquement chez les jeunes enfants.

Quelle est la cause de la trichotillomanie ?

La cause exacte de la trichotillomanie chez les êtres humains n'est pas encore totalement élucidée, mais on suppose qu'elle est liée à une combinaison de facteurs génétiques, environnementaux et psychologiques. Certaines études indiquent qu'il existe un déséquilibre de plusieurs substances chimiques dans le cerveau, comme la sérotonine, chez les personnes atteintes de trichotillomanie. Celles-ci influencent l'humeur et peuvent entraîner des troubles du contrôle des impulsions. Le stress, l'anxiété et les événements traumatisants de la vie peuvent également déclencher ou aggraver le comportement d'arrachage des cheveux. De plus, la trichotillomanie est souvent associée à d'autres maladies psychiques telles que l'anxiété, la dépression et les troubles obsessionnels compulsifs.

Quels sont les symptômes de ce trouble ?

Les signes les plus fréquents de la trichotillomanie sont la perte de cheveux, la calvitie et l'amincissement ou la fragmentation des cheveux, en particulier au niveau du cuir chevelu, des sourcils ou des cils, bien que d'autres parties du corps puissent également être touchées. D'autres signes peuvent être des cheveux cassés et un sentiment d’apaisement ou de soulagement après l'arrachage des cheveux. Chez certaines personnes, la trichotillomanie s'accompagne d'une trichophagie (appelée “syndrome de Raiponce"), qui se manifeste sous la forme d'un état second dans des comportements tels que mâcher ou avaler des cheveux arrachés. Cela peut entraîner des complications supplémentaires pour la santé, comme des problèmes gastro-intestinaux, car les boules de poils formées par les cheveux avalés (appelées "trichobézoards" dans le jargon médical) peuvent entraîner une occlusion intestinale.

L'onychophagie (se ronger les ongles de manière compulsive) et la dermatillomanie (se gratter et se pincer la peau de manière compulsive) font partie des maladies obsessionnelles ou des troubles du contrôle des impulsions comparables. Pour cette dernière, les dermatologues sont consultés.

    Quels sont les traitements possibles de la trichotillomanie ?

    Le traitement de la trichotillomanie comprend généralement une combinaison de thérapies telles que la thérapie cognitivo-comportementale, l'entraînement à l'inversion des habitudes (également connu sous le nom de "habit reversal training"), l'application de stratégies d'auto-assistance et un traitement médicamenteux. La thérapie cognitivo-comportementale vise à identifier et à modifier les schémas de pensée et les troubles du comportements négatifs liés à l'arrachage des cheveux, tandis que l'entraînement à l'inversion des habitudes aide les personnes concernées à développer des stratégies pour remplacer le comportement d'arrachage des cheveux par une alternative plus positive. Les stratégies d'auto-assistance comprennent la fixation de limites à l'arrachage des cheveux, la recherche de moyens sains pour gérer le stress et les émotions et l'utilisation de barrières physiques (par exemple le port de gants ou d'un bandeau) pour empêcher l'arrachage des cheveux. Des médicaments tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine peuvent également être utilisés pour maîtriser les symptômes impulsifs et compulsifs associés à la trichotillomanie ou pour traiter d'éventuelles maladies psychiques sous-jacentes.

    Pour les personnes atteintes de trichotillomanie, il est important de rechercher le plus rapidement possible le soutien et le traitement de professionnels de la santé mentale qualifiés, car le trouble peut avoir des répercussions importantes sur l'estime de soi et la qualité de vie. Même s'il est difficile de surmonter le trouble, les personnes atteintes de trichotillomanie peuvent, avec un traitement approprié, apprendre à contrôler leur TOC et à améliorer leur bien-être général.

    La trichotillomanie surmontée – et maintenant ?

    Après un traitement réussi de la trichotillomanie, il peut rester des zones clairsemées ou dégarnies et il est compréhensible que de nombreuses ex-personnes atteintes souhaitent également laisser la maladie derrière elles sur le plan visuel. Pour cela, des perruques, des postiches, des pigmentations capillaires ou des couvre-chefs peuvent être utiles. Mais pour ceux qui recherchent une solution naturelle à long terme, la meilleure solution est la greffe de cheveux.

    La greffe de cheveux chez HAIR & SKIN

    Chez HAIR & SKIN, le leader suisse des transplantations capillaires et des traitements par PRP autologue, les greffes de cheveux sont exclusivement réalisées selon la méthode FUE. L'extraction folliculaire (FUE) est une technique de greffe de cheveux qui consiste à prélever des follicules pileux individuels dans la zone donneuse (généralement à l'arrière de la tête) et à les transplanter dans la zone receveuse (généralement à l'avant, sur le dessus de la tête ou au sommet du crâne).

    En savoir plus: Une greffe de cheveux chez HAIR & SKIN comprend les étapes suivantes :

    • Consultation : Lors de la consultation, les médecins traitants examinent le cuir chevelu des patients afin de déterminer la qualité de leurs cheveux. Cela permet de déterminer si les patients sont aptes à subir une greffe de cheveux.

    • Préparation : Le jour de l'intervention, l'équipe de greffe de cheveux marque la zone donneuse et la zone receveuse, puis rase la zone donneuse. Ensuite, les zones à traiter sont désinfectées et anesthésiées au moyen d'une anesthésie locale.

    • Prélèvement : L'équipe de greffe de cheveux utilise une petite perforatrice (généralement d'un diamètre de 0,6 à 1,0 millimètre) pour prélever des follicules pileux individuels dans la zone donneuse. La perforatrice est tournée dans un mouvement circulaire afin de desserrer le follicule, qui est ensuite retiré avec précaution à l'aide d'une pince.

    • Préparation des greffons : Une fois que les follicules ont été prélevés, ils sont soigneusement disséqués afin de les diviser en unités folliculaires individuelles (groupes de 1 à 4 cheveux). La personne chargée de la greffe de cheveux peut couper les tissus excédentaires des follicules afin de les préparer pour la transplantation. Entre-temps, les différentes unités folliculaires sont placées dans une solution d'eau salée.

    • Implantation : L'équipe de greffe de cheveux fait de petites incisions dans la zone réceptrice et introduit délicatement les unités folliculaires dans les incisions. Une aiguille spéciale ou un appareil d'implantation est alors utilisé pour placer et insérer les greffons.

    Après l'intervention, des rougeurs, des gonflements et des croûtes peuvent apparaître sur les zones traitées. Les croûtes disparaissent toutefois d'elles-mêmes en l'espace d'une dizaine de jours, et les rougeurs et les gonflements s'estompent également au bout de quelques jours. Les cheveux greffés tombent généralement en quelques semaines et la nouvelle croissance capillaire reprend ensuite peu de temps après. Le résultat final de la transplantation capillaire n'est toutefois visible qu'après plusieurs mois, voire un an. Il est important de suivre les instructions des professionnels de santé spécialisés pour les soins postopératoires et de prendre leur prise en charge au sérieux afin d'obtenir le meilleur résultat possible et de minimiser le risque de complications.

    CONSULTATION GRATUITE